Selon le dictionnaire un être souverain c’est un être dont le pouvoir n’est limité par celui d’aucun autre, c’est également quelqu’un ou quelque chose qui juge ou décide sans appel ou encore un état extrême. On connaît également la souveraine comme la reine, la royauté. Pourtant, chaque femme devrait aspirer à être souveraine, royauté ou pas!

Aspirer à être pleinement en contrôle de soi et de sa vie, ne pas accepter que notre pouvoir soit limité par celui d’aucun autre. Plus facile à dire qu’à faire lorsque tout nous conditionne: de l’apparence que nous devrions avoir au comportement jugé acceptable. Nous sommes moins critiquées pour nos larmes, perçu comme signe de faiblesse, que pour notre colère qui est alors qualifié d’hystérique. Il est facile d’agir comme une souveraine, mais moins de l’être véritablement. Si nous pouvons nous affirmer et revendiquer le libre choix combien sommes-nous à être véritable en paix avec ces choix? Centrée et confiante, sans culpabilité. Après des siècles de culture à dominance chrétienne pétrie de culpabilité et de prédominance des valeurs patriarcales l’affranchissement est loni d’être atteint. Il n’en a pas toujours été ainsi.

Vous rappelez vous vos contes de fées? Le jeune gaçon qui rencontre une vielle femme et lui offre de partager son repas malgré qu’il soit pauvre et affamé? OU encore qui accepte d’embrasser une hideuse vieille alors que ses frères s’y sont refusés? À tout coup il en est récompensé et devient roi. La femme est Souveraine et par elle le jeune homme accède à la royauté. On la nomme aussi Souveraineté, elle est le royaume personnifiée. Elle ne se justifie pas, elle est confiante et centrée n’ayant abandonné son pouvoir à personne.

Pourtant,le glissement vers une diminution de son rôle d’initiatrice est déjà perceptible dans ces contes puisque nous ne prêtons que peut d’attention à ce personnage hideux et nous concentrons sur le jeune homme. Cela n’a fait que s’accentuer avec les rôles de faire valoir dans les films d’aujourd’hui ou la pitoune de service n’est bonne qu’à être sauvée par son héro. Si la tendance change un peu avec des héroïnes comme Lady Croft et Buffy le changement reste superficiel. En effet, soit elles exhibent des qualitées masculines d’agressivité dans le cas de Tomb Raider, soit elle demeure subordonnée et dirigée par un establishment masculin tel  le Watcher Giles dans le cas de Buffy.

Il n’y a pas de véritable exemple de souveraineté dans la culture d’aujourd’hui, ce qui en fait un idéal difficile à atteindre, mais tout de même important.