L’histoire la plus connu de Cerridwen est surement La première partie du Conte de Taliesin. Puisqu’elle est la déesse qui préside la fête de Samhain, je vous partage son histoire.

Il était une fois… Un homme au nom de Tegid Voel qui vivait au bord du lac Bala en Pennllyn. De sa femme Cerridwen il eut un fil, appelé Morvran ab Tegid et une fille Creirwy, elle était la plus belle fille du monde et son frère qui était le garçon le plus laid du monde, fut finalement appelé Avangddu. Cerridwen, sa mère, connaissait les trois arts : magie, divination, sorcellerie et elle croyait que son fils ne serait jamais admis dans le  monde du fait de sa laideur à moins de posséder un talent exceptionnel pour faire oublier celle-ci.

Elle utilisa donc les préceptes du Livre de Fferyllt et fit bouillir pour son fils un chaudron d’Inspiration et de Connaissance afin qu’il soit l’homme le plus savant du monde et que ce talent le rendit acceptable en société. Elle commença alors son œuvre qui devait bouillir un an et un jour sans arrêt afin que trois gouttes bénies soient obtenues par la grâce de l’Inspiration. Afin de l’aider dans entreprise, Cerridwen enrôla Gwion Bach fils de Gwreang de Llanfair du pays de Caereinion en Powys pour touiller le chaudron et un aveugle nommé Morda pour s’occuper du feu. Ils reçurent comme instruction de faire bouillir le chaudron sans relâche pendant un an et un jour. Elle-même, conformément aux livres des astrologues et en fonction des heures planétaires, cueillait chaque jour toutes sortes de plantes pleines de charmes.

Gwion Bach et Morda

Vers la fin de l’année, alors que Cerridwen était occupé à récolter des plantes, il arriva que trois gouttes jaillissent du chaudron et tombent sur le pouce de Gwion Bach. À cause de la brûlure il porta le doigt à sa bouche et devint l’homme le plus savant du monde. Cette sagesse lui laissa entrevoir le sort que Cerridwen ne manquerait pas de lui réserver pour avoir usurpé la connaissance qui était destiné à son fils.  Paniqué, il s’enfuit dans son pays et le chaudron explosa, car sans les gouttes magiques, il ne contenait que du poison à présent. Celui-ci s’étant déversé dans le ruisseau les chevaux de Gwyddno Garanhir en moururent pour l’avoir bu.

Cerridwen survint et vit le désastre d’une année de travail perdue. Elle saisit un bâton et frappa la tête de Morda jusqu’à ce que ses yeux tombent de leurs orbites. Et il dit : ‘’C’est à tort que vous m’avez défiguré, car je suis innocent. Votre perte n’a pas lieu par ma faute.’’

‘’Vous avez raison, c’est Gwion Bach qui m’a volée.’’ Répondit Cerridwen.

Elle se mit à le poursuivre en courant et le vit qui s’enfuyait changé en lièvre. Elle se transforma alors en levrette et le coursa. Il courut vers une rivière et devint une truite. Elle prit la forme d’une loutre et le poursuivit sous l’eau jusqu’à ce qu’il se métamorphose en un oiseau dans les airs. Elle le suivit sous l’apparence d’un faucon et ne lui laissa pas de répit dans le ciel. Puis, alors qu’elle allait fondre sur lui et qu’il était en péril de mort, il appareçut une grange ou il y avait un tas de blé vanné; il se jeta sur le tas et se changea en un grain de blé pur. Cerridwen se transforma en une poule noire, s’approcha du tas de blé, le gratta avec ses pattes, trouva Gwion Bach et l’avala dans son ventre.

Elle le porta pendant neuf mois et quand il naquit, elle ne trouva pas la force de le tuer, à cause de sa beauté. Elle l’enveloppa dans un sac de cuir et le jeta à l’eau. C’était le vingt-neuvième jour d’avril…