Que sait-on des druides ? Pas grand-chose…que sait-on des Celtes ? Pas beaucoup plus. Il y a bien sûr les écrits des auteurs grecques et romains, j’en ai parlé ici.

L’autre source de connaissance reste les fouilles archéologiques. Il n’y a pas beaucoup de monuments ‘’glamour’’ comme les pyramides d’Égypte ou le Colisée de Rome, mais les différents sites nous en ont appris beaucoup sur les Celtes et par extension les druides.

Reconstitution de la tombe de Vix

Une des découvertes majeures est la Tombe de Vix mise au jour en 1953 par Maurice Moisson et René Joffroy. Cette tombe date du 5e siècle avant notre ère et contient un service à boire se composant du cratère grec : le vase de Vix. Ceci nous apprend que les Celtes n’étaient pas repliés sur eux-mêmes, mais avaient des relations commerciales avec d’autres pays et culture bien avant les textes de Pline l’Ancien, Marcellus et compagnie.

Les nombreux artefacts découverts nous montrent un peuple avec une grande sensibilité artistique et une pensée abstraite et symbolique. Cela colle avec la perception que nous avons des druides.

Phalère celte

La nature de ses objets nous donne aussi de bonnes indications sur leur préoccupation : rasoir, pince à épilé, l’hygiène était de mise…ou à tout le moins le soin de son apparence.

Sur le site Acy-Romance découvert en 1979, les archéologues ont reconstitué un village gaulois datant d’environ 1000 ans avant Jésus-Christ. Cette fouille a permis l’identification de quartier : artisanal, éleveur, ouvrier, etc. Les Gaulois n’étaient pas des barbares !

Reconstitution Gournay-sur-aronde

Les différents sanctuaires mis au jour sont circulaires avec une fosse ou un puits central. La circonférence est faite d’un fossé et d’un muret. Un des temples les plus imposants est celui de Gournay-sur-Aronde. Cette fois, la structure est différente : une cavité rectangulaire est entourée d’une palissade de bois. À l’intérieur de l’enceinte se trouvent d’autres fosses qui ont été remplies et vidées plusieurs fois. Elles ont contenu des cadavres animaux entiers et des os humains. Cela renvoie aux sacrifices druidiques tels que rapportés par les auteurs classiques. Les Celtes n’étaient pas pacifistes. De nombreux dépôts d’armes portant des traces d’usures ont été retrouvés à proximité, environ 200 à 300 éléments de chaque type d’arme sur une période de 80 ans… Les Bellovaques étaient de fiers combattants !

Les Celtes continuent de laisser une grande impression sur l’imaginaire, malgré ou à cause, du peu de traces qu’ils ont légué. Nous les découvrons à travers le regard et l’interprétation d’étrangers dans le cas des écrits. Les fouilles archéologiques continuent de nous donner des éléments, mais il ne faut pas sous-estimer le biais que nous entretenons nous aussi. Je vous invite à consulter l’Arbre Celtique pour la liste des sites archéologiques et des références à ce sujet. Voyez par vous-même si les découvertes vont dans le sens de votre vision des Celtes et de leur culture.