Il y a deux théories concernant le culte des ancêtres : celui où le culte est celui d’un héros qui a apporté la civilisation, ou un élément civilisateur, et celui qui rejoint la vénération des morts.

Célébration des héros

La célébration des héros se trouve dans presque toute les cultures en voici pour exemple Moïse qui donne les commandements de Yhavé ou encore les multiples héros grecs qui apportent la fabrication du pain (Pelasgos), les arts de la guerre (Apis). Ce sont souvent des cultes régionaux, rattachés à un lieu dans le cas de Pelasgos et Apis, ou à une tribu peuple pour Moïse ou encore Héraclès (Hercule chez les Romains).

Chez les Celtes ce type de vénération semble peu répandu, néanmoins on en trouve une trace dans les « peuples » du Lebor Gabála Érenn : Les partholoniens seraient venus de Grèce et auraient apporté l’agriculture. Sans être un ancêtre individuel, il s’agit tout de même d’un peuple aussi mythique que les Foimoires et qui a donné un élément civilisateur à l’Irlande.

Culte des morts

Les gens qui sont passés avant nous de l’autre côté et ont accès au divin plus facilement que nous. Le culte des morts vise à rapprocher les vivants de l’autre monde et des divinités en demandant aux générations précédentes d’intercéder en notre faveur. Puisque ceux-ci font toujours partie de la famille, il est coutume de leur faire offrande de nourriture et libation dans le but de préserver leur force et leur bienveillance à notre égard.

Ce lien créer une mutualité où les ancêtres ont intérêt à ce que leur descendance se poursuivre et soit prospère dans l’intention de ne pas tomber dans l’oubli et cesser de recevoir les offrandes nourricières. Les vivants maintiennent la communication pour préserver l’histoire familiale ou clanique et s’assurer un support dans l’autre monde afin de favoriser la prospérité du groupe.

Ce type de culte est surtout documenté dans la société romaine. Si cela vous intéresse, il y a un petit livre téléchargeable sur le sujet par Georges Robillard de Beaurepaire. Je n’ai trouvé aucune évidence d’un culte aux ancêtres chez les Celtes.

Il est souvent fait mention de sacrifice, de collection de crânes comme trophée, mais rien qui puisse indiquer une dévotion rendue aux ancêtres de la ligné. Il n’est pas fait mention d’aide attendu de leur part non plus ni de rite servant à les apaiser.

Peut-être dû à leur croyance en la transmigration des âmes? Après tout si celles-ci poursuivent leur chemin il ne faut pas s’attende à ce qu’elles restent autour de leur descendance.