Être le nombril du monde n’est pas un compliment de nos jours, pourtant être centré est une qualité recherchée ! L’organisation des communautés, il y a longtemps, se faisait en fonction d’un centre sacré. Celui-ci était représenté par un mat, un obélisque ou un arbre : l’axis mundi ou l’arbre cosmique.

Le centre symbolise la perfection originale et est immuable.

En nous éloignant de ce foyer, nous trouvons des copies ou des variations de cette perfection, qui ne sont pas l’originale. Par exemple, les flocons de neige sont tous des variations de l’hexagramme, la forme d’origine ou originale. Cette idée est présente dans les images holographiques ou encore dans les fractals: un commencement parfait et des multiples avatars en découlant. Il est toujours possible de retrouver le principe de départ, de discerner la perfection qui a donné naissance à la modification examinée.

La connexion entre le Ciel et la Terre

Par exemple, les pôle céleste et pôle géographique. Ces points sont le lieu d’une correspondance entre les royaumes supérieurs et inférieurs. Ils évoquent le pilier autour duquel s’effectuent les révolutions du monde et qui relie les différentes composantes d’un système. Il peut s’agir d’unir les trois « univers » :  souterrain, terre et ciel.

 Véhicule de transe

Le symbole de l’Axis mundi se trouve dans les cultures utilisant des pratiques chamaniques ou les systèmes de croyances animistes. Les chamanes voyageaient avec la fumée du feu central pour s’élever et entrer en transe.

« Chaque microcosme, chaque région habitée, possède un centre ; c’est-à-dire, un lieu sacré au-dessus de tout. »

Micea Eliades

Dans les antiques sociétés, l’ordre social faisait en sorte de copier l’ordre de l’univers et cet ordre avait pour représentation le mat. Les habitations celtes traditionnelles étaient rondes avec un toit conique pourvue d’une ventilation au centre afin de laisser sortir la fumé du foyer situé au centre de la maison. Sur ce foyer se trouvait un chaudron lui-même suspendu à l’aide d’un poteau, version micro du pole universel macro. La division de l’Irlande en 5 provinces, une au milieu et 4 en cercles rappel cette vision du monde.

Aujourd’hui, nous avons conservé l’expression s’assoir autour du feu, vestige de temps reculé, malgré que celui-ci est maintenant situé sur un côté de pièce rectangulaire.  Nous devrions dire nous assoir devant l’âtre. Lorsque ce n’est pas le foyer, c’est la cuisinière ou la télévision qui occupe le point central de notre habitation.  Ce focus ne nous ramène pas à nos origines, ne nous centre pas, mais au contraire nous éparpille puisque le centre, faire cercle autour d’un pilier central rassembleur n’est plus coutume.

Essayer d’organiser votre lieu de vie pour que vos activités s’accomplissent en cercle de façon à voir aisément les autres personnes qui participent à la tâche. Voyez la différence que cela apporte avec l’agencement linéaire, façon usine, qui prévaut aujourd’hui. Tous nos espaces sont faits en fonction de la chaîne de montage plutôt que du partage et du ressourcement que procure une organisation en cercle.