Les Celtes de rendaient pas de culte aux ancêtres, s’ils le faisaient aucune trace ne nous est parvenue. Par contre, cette pratique est répandue dans le mouvement celtique païen d’aujourd’hui. Il n’y a qu’à faire une recherche rapide au sein de L’Ordre des Ovates des Bardes et des Druides ou encore de Ár nDraíocht Féin pour voir qu’il y a une forme de culte pratiqué par le mouvement druidique moderne.

Cette vénération pour les ancêtres est celle de la lignée, familiale ou spirituelle, plutôt qu’une dévotion aux héros. Il n’est pas rare de voir un autel à l’abord de l’espace rituel pour déposer une offrande aux ancêtres. De même, un autel ancestral trouvera souvent sa place dans la maison. Cet espace n’a pas à être proéminent, il peut simplement s’agir de photos sur un meuble ou accrocher au mur. Ajoutez un sconse où allumer l’encens ou une assiette pour recevoir les offrandes et vous voilà paré.

Un aspect important de la dévotion est le souvenir. L’histoire des ancêtres connus est racontée et transmise dans la famille. Des traits de caractère seront évoqués, les accomplissements soulignés et ils feront partie de l’héritage familial.

Par exemple, mes deux arrières-grand-mères ont quitté leur mari et ont élevé leurs enfants seules en se disant veuves. Le divorce n’existait pas à l’époque et la violence conjugale n’était pas une raison de casser maison… Si cette histoire est restée enfouie longtemps, elle est maintenant la preuve de la résilience familiale et de la capacité à se protéger ainsi que ceux qu’on aime.

Lors de moment plus difficile, le secours de la lignée peut être invoqué puisque la force de caractère fait partie du legs. Tout comme les anciens, certains druidisants croient que les ancêtres trouvent leur intérêt dans le bien-être de leur descendance et ont la capacité d’influencer les événements en leur faveur.

Naturellement, la dévotion est une affaire quotidienne. Personne n’aime être approché seulement lorsqu’il peut rendre service ! Prendre un moment tous les jours pour saluer les ancêtres de la lignée et les remercier de veiller sur nous. Reconnaître que notre présence est tributaire de leur passage sur terre. Allumer une chandelle, un bâton d’encens, changer l’eau du bol rituel sont tous des façons de nourrir le lien qui nous unit à eux.

La même chose peut se faire avec les ancêtres spirituels. Si un mentor a déjà quitté pour l’Autre Monde, se souvenir des qualités dont il ou elle a fait preuve de son vivant est une forme de dévotion. Cela nous aide à incarner ces mêmes qualités dans notre pratique. Le devoir de mémoire envers ceux qui nous ont précédés s’étend au-delà de la lignée familiale.

Si vous souhaitez débuter votre dévotion aux ancêtres, trouvé quelques photos de ceux qui vous ont précédé et disposez-les où vous pourrez les voir régulièrement. Des objets leur ayant appartenu ou les représentant sont également une bonne option. Ayez près de ceux-ci un moyen de faire vos offrandes : bol, assiette, encensoir.

Une fois par jour, prenez un moment pour vous recueillir devant votre autel. Remémorez-vous ceux qui vous ont précédé, leurs forces, leurs enseignements. Prenez le temps de leur parler et d’écouter en silence. Une conversation nécessite de faire un effort pour écouter, autrement il s’agit d’un monologue et ce n’est pas la meilleure façon d’établir une relation. Remerciez-les pour leur présence dans votre vie et faire votre offrande.

La dévotion ou le culte des ancêtres n’a pas à être compliqué. Vous avez maintenant une petite base pour vous lancer.