Cette déesse galloise est présente dans deux des quatre branches du Mabinogion. Elle nous apparaît pour la première fois lorsqu’elle sort du tertre pour approcher Pwyll et le choisir comme époux. Contrairement à Branwen ou Bloddeuwed, Rhiannon représente une force active, elle n’a pas peur de prendre les moyens et de briser les règles pour obtenir ce qu’elle désire.

En effet, malgré qu’elle soit promise par son père à Gwawl elle quitte son royaume pour Arberth ou elle annonce à Pwyll qu’il est le consort qu’elle souhaite. Elle impose ses conditions et va jusqu’à aider l’homme qu’elle a choisi à passer outre les pièges tendus par Gwawl. Nous sommes loin de la demoiselle en détresse !

Une fois marié et de retour dans le royaume de Pwyll tout semble bien allé les premières années jusqu’à ce qu’un héritier soit réclamé au couple royal. Faussement accusée du meurtre de son enfant, on pourrait s’attendre à ce que Rhiannon déploie la même énergie à défendre son honneur et son innocence qu’elle en a mis à obtenir son union avec Pwyll. Au contraire, elle semble accepter sa punition et laisser le destin s’occuper de son sort.

La vérité sera rétablie par Teyrnon lorsque celui-ci notera la ressemblance entre son fils trouvé et Pwyll et ramènera celui-ci à la cour.

Rhiannon préside la roue de l’année du printemps à l’automne, c’est-à-dire toute la moitié lumineuse. Son élément est l’eau et cette partie de l’histoire reflète ces deux caractéristiques. Lors des crues printanières, l’eau  est sujette au débordement, les lits sortent des rivières, les glaces se brisent et charrie de multiples débris entrainant tout sur leur passage. La sortie de Rhiannon et sa vigueur à gagner Pwyll s’apparentent à cette crue impétueuse des eaux qui cherche à rejoindre la mer.

La saison avançant, l’eau retrouve son calme et reprend les chemins qui lui sont naturels. Ce petit train tranquille concorde avec l’attitude de Rhiannon acceptant la punition qui lui est imposée. Elle sait que la patience et le temps se chargeront de rétablir les choses, de la même manière que le paysage est façonné par l’érosion.

Au-delà des associations sous forme de liste, les divers éléments qui se rattachent aux dieux et déesses cachent une profondeur qui vaut la peine d’être explorée. Dans ce cas, le parallèle se fait tant avec l’élément qu’avec la saison où le mythe est mis en scène.

Si vous souhaitez approfondir la relation entre Rhiannon et l’eau, je vous suggère de charger un pichet d’eau avec l’énergie de la déesse et d’en boire un verre par jour avant vos méditations, prières ou d’aller dormir. Notez vos impressions ou vos rêves et laissez l’expérience ajouter à la connaissance intellectuelle.